Sélectionner une page

Le service public est avant tout la raison d’être de l’administration. Pour faire simple, il correspond à la satisfaction d’un besoin d’intérêt général et relève plus ou moins directement d’une autorité publique.
Des principes fondamentaux régissent le service public. Ces derniers sont connus sous le nom de lois de Rolland du nom de leur autour Louis ROLLAND, et ils sont au nombre de 3.

Le principe de continuité

Il s’agit d’un principe fondamental signifiant que le fonctionnement du service ne peut supporter d’interruption, bien évidemment cela ne signifie pas que tout doit être disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 mais sur la base de ce principe, il est possible de limiter le droit de grève, voire l’interdire comme pour les gardiens de prison, les militaires, etc.

Le principe de la mutabilité

Le service public doit constamment s’adapter aux diverses variations d’intérêt général. Etant donné que le service public est la recherche de la satisfaction de cet intérêt général, on peut dire que c’est plutôt logique. Ainsi, dans un arrêt du 10 janvier 1902 intitulé Compagnie Nouvelle du Gaz de Déville-lès-Rouen, il a été jugé légal par le conseil d’Etat de résilier des contrats de fourniture de gaz pour passer à l’électricité.

Le principe de l’égalité

Il s’agit d’une illustration constitutionnelle d’égalité entre les individus. Il possède 3 aspects principaux. Le premier est le droit égal d’accès aux services, en principe, toute personne prétendante à usage d’un service public doit être traitée de manière identique aux autres candidats usagers, en tout cas s’ils sont dans la même situation, par exemple le concours administratif pour accéder à la fonction publique. Le second aspect est la non-discrimination entre les usagers du service public. Ainsi le gestionnaire du service public se doit d’être impartial. Le dernier aspect est la participation égale aux charges du service, c’est-à-dire que les utilisateurs du service public doivent à proportion des usages qu’ils en ont contribué au financement des charges engendrées par son existence et par son fonctionnement.